Tableau 6. Lignes directrices sur le changement de catégorie de risque lors d’une réévaluation (d’après IUCN, 2019)

  1. Un taxon peut être transféré d’une catégorie de risque élevé vers une catégorie de risque moindre si et quand aucun des critères de la catégorie plus élevée n’a été satisfait depuis au moins cinq ans (c.-à-d. si le taxon satisfait aux conditions pour une catégorie de menace inférieure depuis au moins cinq ans, indépendamment de la date à laquelle l’évaluation précédente a été effectuée). Ainsi, la période de cinq ans commence lorsque les données indiquent que le taxon ne satisfait plus aux critères de la catégorie dans laquelle il est actuellement inscrit; ce moment ne correspond pas nécessairement à la date de l’évaluation précédente. S’il n’est pas possible de déterminer l’année au cours de laquelle le taxon a commencé à satisfaire aux critères de la catégorie de menace inférieure, alors l’année de l’évaluation actuelle est utilisée comme date de début de la période de cinq ans. Cependant, si le taxon est transféré en raison de l’établissement d’une population réintroduite, la période doit être de cinq ans ou s’étendre jusqu’à la production d’une progéniture viable, selon la période la plus longue.

    Précisions supplémentaires : Ces lignes directrices ne servent pas à déterminer le calendrier des réévaluations, mais à fournir des directives qui assurent la cohérence avec les évaluations réalisées dans le cadre de la Liste rouge de l’UICN. Elles constituent un moyen supplémentaire d’utiliser la formulation « mais » lorsqu’une catégorie existante plus élevée que celle indiquée par l’application des critères est maintenue, puisque la nouvelle catégorie d’évaluation inférieure doit être satisfaite pendant au moins cinq ans avant que le COSEPAC ne modifie le statut d’un taxon. Par exemple : Correspond aux critères de la catégorie « Espèce menacée » A2a, mais le statut « En voie de disparition » est maintenu, car la période minimale de cinq ans requise pour satisfaire à ce nouveau seuil inférieur n’est pas encore écoulée. Ces lignes directrices ne visent pas à modifier le calendrier des réévaluations.

  2. S’il est établi que la classification d’origine était erronée, le taxon peut être transféré sans délai dans la catégorie de risque appropriée ou même retiré complètement des catégories « en péril ». Toutefois, dans ce cas, le taxon doit être réévalué par rapport à tous les critères afin de préciser son statut.
  3. Les transferts d’une catégorie de risque faible à une catégorie de risque élevé doivent être effectués sans délai.
  4. Les raisons d’un transfert de catégories au cours de la réévaluation doivent être consignées, et les codes de changement de statut.

À propos de nous

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) est un comité consultatif indépendant qui agit auprès de la ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique et qui se réunit deux fois par année pour évaluer la situation des espèces sauvages menacées de disparition. Ses membres, des experts de la biologie des espèces sauvages provenant du milieu universitaire, de la fonction publique, d’organisations non gouvernementales et du secteur privé, sont chargés de désigner les espèces sauvages qui risquent de disparaître du Canada.

Secrétariat du COSEPAC

Service canadien de la faune
Environnement et Changement climatique Canada
351, boul. St-Joseph, 16e étage
Gatineau Québec K1A 0H3

Courriel : cosewic-cosepac@ec.gc.ca